• Une nouvelle réalisée à partir d'un concours ^_^

     

    _ « Alisea! Alisea!. Non, pas ça! Je vous en prie! » pleura une voix dans les ténèbres.

    Mes ténèbres…je suis à deux doigts de la fin enfin, depuis tout ce temps! J’entends quelqu’un qui m’appelle, qui me serre désespérément contre lui…une voix familière. C’est mon heure…moi qui pensait finalement que j’étais indestructible…j’avais tort!

    Vous savez ce qu’on dit généralement quand on est sous le point de mourir…comme quoi on voit sa vie qui défile à toute vitesse…Ce fut le cas pour moi sauf que ma vie n’a eu vraiment de sens que depuis 6 mois. Ce que je voyais défiler sous mes yeux c’était non pas le souvenir de mes parents, non pas celui de ma tendre enfance mais le souvenir d’une rencontre…LA rencontre de ma vie. Pour cela, il vous faut revenir 6 mois en arrière…où tout à commencer. Pour mieux comprendre mon histoire, je vais vous la raconter…

    Chapitre 1 : La dégradation… ( 1er mois )

     
    Mon histoire commence par un matin particulièrement ensoleillée. Je suis sortis de chez moi un panier de provision à la main afin de me rendre à l’Hôpital Saint Juste à 500m de là où je vis pour aller voir comme à mon habitude une amie, Bethany qui est internée depuis quelques semaines déjà. Nous nous sommes rencontrés toutes les deux au médecin et depuis on a sympathisé. Je dirais même que nous sommes devenues des amies proches d’autant que nous avons un point en commun…une maladie qui a tout moment peut nous coûter la vie. Elle a une leucémie depuis 3 mois tandis que moi…j’ai un cancer des poumons depuis déjà 2 ans. Cela s’est déclarée peut après mon bac, j’avais 17 ans à l’époque. C’est drôle tout de même…avoir un cancer des poumons alors que je n’ai jamais fumé de ma vie, on dit que ça s’appelle la malchance. Bref ce n’est pas mon principal soucis car l’état de mon amie devient très sérieux au point qu’elle est obligée de rester à l’hôpital alors pour ne pas la laisser seule, je viens la voir tous les jours pratiquement pour lui tenir compagnie. A force du temps, on connait par cœur l’hôpital et le service. On se fait pleins d’amis là bas. Arrivée à l’hôpital, je rentre et vais automatiquement au 2ème étage par l’ascenseur, chbre n° 202. Je salue au passage Jim, le pro’ du nettoyage du sol et Charlie, un infirmier avec qui Beth et moi on a eu de bons moments de déconnades. Les murs sont d’un gris clair et quelques toiles par ci par là tentent d’égailler l’endroit mais c’est pas très réussi sauf le secteur des enfants. Devant la porte de mon amie, je respirais à bon coup, le visage pâle par la fraîcheur du matin puis je me fis présenter par un léger coup à la porte.

    _ «  Entre! dit une douce voix derrière la porte.

    _ Coucou, Beth! Regarde ce que je t’ai apporté! » lançai-je en entrant, souriante.

    Tout en prenant soin de bien fermer la porte, je me dirige tranquillement vers elle. Elle était très pâle, elle avait aussi des cernes autour de ses jolis yeux violets. C’est l’effet de sa chimio qui faisait ça…elle avait une écharpe de toutes les couleurs enroulée autour de sa tête et quelques mèches rousses s’y étaient échappées. Elle était en position assise sur son lit et me sourit d’un air vague.

    _ «  Quoi, encore des gâteaux! C’est trop gentil mais il ne faut pas Alisea. Je vais finir par être énorme! s’exclama-t-elle, surprise.

    _ Mais non! T’es bien comme ça! assurai-je.

    _ Arrête de me dorloter, je vais bien! gronda la rousse.

    _ Ouais, c’est ça…on le voit très bien. répliquai-je, sarcastique.

    _ Rhhhooo Alisea! murmura-t-elle, en me tapant l’épaule d’une claque.

    _ Je sais…de toute façon, tu aurais fait la même chose pour moi! Allez, sert toi!

    _ D’accord! Mais j’en prends qu’un, je garde les autres muffins aux chocolats pour plus tard. répondit-elle, en rangeant les petits mets confectionnés dans un tiroir et en mettant un petit gâteaux moelleux dans sa bouche.

    _ Alors…

    _ Comme toujours ils sont exquis Alisea! Tu es une bonne cuisinière!

    _ Merci…alors que dit le médecin?

    _ Il a dit que ma leucémie a dépassé le stade du bénin…encore un stade et c’est fini!

    _ Mouais! grommelai-je.

    _ Il faut rester optimiste dit-on, mes parents repassent tout à l’heure me voir avec Jero.

    _ Ok…murmurais-je comme une âme en peine.

    _ Eh ça va? Tu n’as pas l’air bien? s’inquiéta Beth.

    _ T’inquiète, je n’ai rien!

    _ Heureusement…ça à l’air de s’être stabiliser pour toi! Vu que tu n‘as eu aucune rechute…

    _ Oui mais que sous-entends tu par là? Que je vais survivre et pas toi, c’est ça?

    _ Reconnaît que tu es plutôt chanceuse…ça fait 2 ans que tu l’as et rien, c’est plutôt positif!

    _ Oui mais ça ne veut rien dire…oh et puis je ne veux pas en parler!

    _ Ok! Si on joue à un jeux? proposa-t-elle, conciliante.

    _ Comme tu veux! lançai-je, dubitative.

    _ Alors que dis-tu du Uno?

    _ Ok! Ça marche!… ».

    *

    *           *

     Un autre jour, on sait amuser à faire un cache-cache dans l’hôpital, totalement puérile je sais mais on s’ennuyait faut nous comprendre lol. Finalement, on s’est fait prendre en flagrant délit…les parents de Beth ont un peu houspillé. Ce que nous faisons alors pour passer le temps, c’est aller voir les bébés dans les couveuses. Puis au bout d’un quart d‘heure, nous rebroussâmes le chemin en traînant des pieds. On s’arrêta devant une chambre pour enfants d’où des pleurs retentirent. A l’intérieur, on vit un petit garçon qui pleurait tenant dans sa main son doudou. Le petit gamin de 5 ans environ n’avait plus de cheveux, j’en avais conclut qu’il était comme Beth et ça me déchirait le cœur. Il n’y avait personne dans la chambre à part lui, il était tout seul.

    _ «  Eh! Qu’est-ce qu’il y a mon bonhomme? Pourquoi pleures-tu? » dis-je d’une voix toute douce.

    Il me regarda de ses grands yeux verts pleins de larmes, surpris.

    _ «  Je veux snif…ma maman! J’ai snif…peur et j’ai mal aussi! se plaint-il.

    _ Tu aimerais qu’on te tienne compagnie mon amie et moi en attendant que ta maman vienne? demandai-je, tendrement.

    _ Oui. murmura-t-il, d’une petite voix.

    _ D’accord! Moi je m’appelle Alisea et elle, c’est mon amie Beth. Comment tu t ‘appelles?

    _ Ben…

    _ Ben…Tu veux qu’on joue à un jeux?

    _ Oui! dit-il soudain d’un sourire trop craquant.

    _ Alors à quoi tu veux jouer?… ».

    Sur ces mots, il m’indiqua pleins de jeux de société. Il tremblait un peu alors pour le rassurer, je lui pris la main pour lui communiquer ma chaleur et lui faire comprendre que tout va bien, qu’il n’a pas à s’inquiéter. Il me fit un petit sourire timide me laissant lui tenir la main pendant un moment. D’un coup, il se sentit très joyeux et nous parla avec animation. Finalement ce fut une bonne journée…enfin presque car la semaine d’après changea tout!

    *

    *           *

     Mes parents étaient au travail ce jour là…J’allais en direction de l’hôpital quand deux jeunes ado coururent à toute vitesse dans ma direction probablement une course. J ‘étais dans mes pensées sur le trottoir à avancer quand l’un deux s’en faire exprès me percuta de plein fouet. Je sentis une sourde douleur envahir mon estomac et mes côtes. Il lança une excuse en bredouillant et s’en alla comme une flèche, de peur de se faire gronder. J’étais pliée en deux, je me sentais nauséeuse comme jamais. Les gens sur le trottoir me regardèrent avec inquiétude, j’étais subitement pâle comme la mort. Péniblement, je me relève et marche hésitante et aveuglée par cette douleur atroce qui me déchire le ventre. Les portes battantes de l’hôpital s’ouvre enfin sur mon passage puis au bout de 100m, je m’effondre par terre en gémissant et je perdis connaissance.

    *

    *            *

     Je ne sais pas combien de temps j’ai pu être évanoui, tout ce que je sais c’est qu’en ce moment j’attendais des voix qui parlaient à mon sujet, très proche de moi mais je ne me sentais pas la force d’ouvrir les yeux ou de faire un quelconque mouvement. Alors je mis à les écouter, immobile…

    _ «  Vous êtes entrain de dire que notre fille est condamnée c’est bien ça? s’écria une voix masculine, anxieuse.

    _ Le résultat est très négatif…elle a un gros hématome sur l’abdomen. En ayant reçu ce coup, cela à déclencher le processus. Je suis navré…ce qui remet en cause son espérance de vie à moins de quelques années. Elle risque probablement de vomir parfois, de se sentir fébrile à son réveil…annonça le médecin.

    _ Oh, non! , s’exclama une voix féminine en sanglotant, qu’allons-nous faire???

    _ Il ne reste qu’à espérer que votre fille s’accroche toute cette année. Pour plus de sécurité, je préfèrerais qu’elle soit interner à l’hôpital…si vous n’y voyez aucun inconvénient?

    _ Non, c’est pas plus mal…elle passe ces journées dans cette hôpital depuis que son amie y est puis vu que nous travaillons sur un projet important cela poserait problème à nos employeurs d’être absents. Avec vous dans les parages, nous serons plus rassurés! dit mon père.

    _ Nous vous appellerons pour avoir de ses nouvelles! ajouta ma mère.

    _ Soit alors…ils ne vous restent qu’à signer un formulaire et c’est fait! » répondit le docteur avec un ton désarçonné.

    Sur ces mots, je perdis à nouveau connaissance.

    *

    *            *

     Mes parents sont partit peu après que je me sois réveillée enfin. Ils m’assurèrent qu’ils m’appelleraient pour avoir de mes nouvelles, etc… Moi je sais que c’est pour qu’ils aient la conscience tranquille et ne pas voir à leur comportement qu’en faite, ils m’abandonnent à mon triste sort. Je m’en moquais car je savais que leur travail comptait plus que moi depuis que je suis petite. Je n’ai pas eu une quelconque relation affective très forte avec mes parents seulement le strict minimum. A dire comme ça, je n’ai pas eu une vie très joyeuse et la solitude est devenue ma meilleure amie jusqu’à ce que je rencontre Beth bien sûr. Elle est venue me voir peu après apprenant la nouvelle par Charlie. Elle semblait très inquiète que ça me poussais à réfléchir et à m’amener à une conclusion.

    _ «  Beth, je crois qu’il vaut mieux qu’on ne se voit pas pendant quelques temps. Tu as déjà à t’inquiéter par rapport à toi, il n’y a pas de raison pour que tu te fasses du soucis supplémentaire par rapport à moi. Combattant à distance notre maladie est mieux je crois et puis j’aimerais être seule. Ne m’en veux pas! Je ne remets pas en cause notre amitié seulement je veux affronter seule mon cancer et je n’ai pas envie que tu me vois dans un pire état que le tien. Je le sais, je sens en moi que ça se dégrade d’heure en heure…alors je t’en prie, respecte mon choix! annonçai-je, d’une voix triste.

    _ Si c’est-ce que tu veux! Très bien! répondit-elle, les larmes aux yeux se sentant rejetée.

    _ Je suis désolée, Beth… ».

    A ces mots, elle sortit et claqua la porte.

    _ «  C’était la seule solution pour qu’elle pense à elle et non à moi! Elle ne doit pas se soucier pour moi! J’en ai déjà la charge pour nous deux…» pensai-je d’un regard douloureux.

    Depuis plus rien, pas de contact…quand je pouvais, je me levais pour aller voir Ben et les autres enfants. Ils m’aimaient tous bien et réclamaient des câlins. C’était très mignon…en serrant Ben dans mes bras, je pensais au faite que je n’aurais jamais d’enfant probablement comme eux et cela m’attrista encore plus, que je le serrais encore plus dans mes bras. Une sensation glacée traversa mes veines, un frisson m’échappait et un tremblement sans suivi puis tout redevient à la normal comme si de rien était. Je regarde le petit ben blottit contre moi et lui sourit. Un peu d’affection s’est pas plus mal…

    Que me réserve l’avenir??

    A suivre…

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Kiba-chan
    Vendredi 8 Mai 2009 à 14:56
    Je suis contente que sa te plaize ^_^ xD. bix
    2
    miss lovely1 Profil de miss lovely1
    Vendredi 8 Mai 2009 à 16:20
    Je suis contente que sa te plaize ^_^ xD. bix
    3
    poupinaude
    Mardi 26 Octobre 2010 à 18:35
    vraiment sympa ce début d'histoire , je vais maccrocher et lire la suite .... assez touchante enfait Aliséa.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    miss lovely1 Profil de miss lovely1
    Mardi 26 Octobre 2010 à 20:06
    C'est gentil =). Bah j'espère que sa ira niveau lecture pour toi. J'ai été très simple ^^'
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :