• The End

    * La course à la montre…*

     

     Mes genoux flanchèrent et je cédai à ce poids qui m‘incombait.

    _ «  Alisea! Alisea! cria quelqu’un au loin dont on entendait les pas rapides venant à mon encontre, étendue par terre, ma joue écrasant le sol froid de l’hôpital.

    _ Edward… » soufflai-je avant de fermés les yeux à jamais.

    Nous revoilà au point de départ…

    *

    *             *

     Cinq heures auparavant…

     <3 Alisea <3

     _ «  Alisea? Chérie je t’en supplie, reprends toi! Cela fait 6 jours que tu es enfermé dans ce mutisme. Je ne pourrais pas tenir bien longtemps…sanglota ma mère, en me voyant assise immobile dans mon lit et le regard fixant un point dans le vide.

    _ Laissez moi! J’ai envie d’être seule! criai-je pour la première fois depuis ces 6 jours, avec une véhémence que je ne me connaissais pas.

    _ Alisea… » gronda mon père, furieux de mon attitude.

    La porte de ma chambre était à demi ouverte, indifférente aux pleurs, aux paroles, au faite d‘attirer l‘attention des gens dans l‘hôpital…j’en avais marre!

    Mes yeux espionnèrent furtivement les passants dans le couloir quand je vis surgir de nulle part avec une vitesse presque inquiétante, une ombre noire et floue au pas de l’entrée. Elle était immobile, elle était élancée et inquiétante…Un frisson m’échappa et avec terreur, je regardais mes parents. J’avais peur…cette chose n’avait rien de bon en elle, rien de rassurant. Elle était venue pour moi…elle attendait patiemment, me signalant la fin. De peur qu’elle s’attaqua à mes parents, je fis un effort pour me reprendre et m’excuser.

    _ «  J’ai besoin de calme…je suis désolée si j’ai été invivable ces quelques jours.

    _ Rien ne serait arrivé si tu avais dit la vérité à Edward! coupa mon père, énervé.

    _ Oui…j’en subis les conséquences. Vous n’avez pas à subir ce que j’éprouve. Cela ne concerne que moi! J‘ai besoin de réfléchir…Vous repasserez demain d’accord?? Ne vous inquiétez pas…ça va aller. lançai-je en scrutant soucieuse la porte d’entrée, plus aucune trace de l’ombre...peut être une hallucination.

    _ Je n’en suis pas très sûr. grommela mon père.

    _ J’ai réagit depuis tout ce temps donc c’est déjà un pas!

    _ Laissons là se reposer…il vaut mieux qu’on repasse demain. La nuit lui portera conseil.  » dit sagement ma mère en effaçant ses larmes, triste.

    Les ayant tout de même fait de la peine, ils n’allèrent pas me serrer contre eux, ils se contentèrent d’un « A demain…repose toi ». Je ne leur en voulais pas, c’est bien moi le problème. Ma colère envers Edward était mitigée, une part de moi lui en voulait de m’avoir laisser tomber lâchement et l’autre part, était retourné contre moi…après tout je comprends sa réaction…

    _ «  Mais ça fait tellement mal… » pensai-je douloureusement, mon poing serré contre ma poitrine en écho à ce que m’avait jeté Edward.

    *

    *             *

     <3 Edward <3

     - «  AH! » sursautai-je en me réveillant, cherchant à nouveau où j’étais.

    Cela faisait 5 nuits que d’anciens démons refaisaient surface…arasé, je mis une main nerveuse dans mes cheveux puis je recouvris de mes deux mains mon visage. Assis à présent sur la banquette au combien inconfortable, je restai ainsi indiffèrent. Après la découverte que j’avais fait dans la chambre d’Alisea, je suis sortit et j’ai été faire un tour pour me calmer tellement j’avais envie de hurler, de casser tous ce qu’il y avait à portée de main. Rien ne pouvait calmer ma rage…je trouvais cela tellement injuste…jamais jusqu’à maintenant, j’avais perdu ainsi mon sang froid. Du genre pacifiste à présent, j’en voulais au monde entier…j’avais une envie irrépressible de me battre. Après un bout de temps, je suis allé en parler chez des proches parents et je suis resté dormir chez eux. J’essayais de faire le vide dans ma tête mais rien à faire…mes pensées étaient toujours dirigées vers elle. Me déteste-t-elle? S’occupe-t-on bien d’elle?? J’avais beaucoup de mal à dormir puis ces cauchemars n’en finissaient pas…ce que j’ai eu en boucle mais de différentes manières, c’était la mort d’Alisea sous mes yeux à côté d’une créature de la nuit. A chaque fois, j’essayais de trouver un moyen de la sauver et je n’y arrivais pas. Cette ombre noire, informe, intelligente lui enleva le souffle et son aura s’éteignit…A présent, j’avais une nette idée de ce que c’était…Le souvenir de cette chose ne m’était pas revenue par hasard…

     Deux jours après, je suis retourné à l’hôpital mais je n’ai pas eu le courage d’aller la voir alors je restais tapi dans l’ombre en attendant de trouver la réponse, la solution…j’évitais les coins que fréquenté Alisea et ses parents par sécurité et le soir, je dormais dans la salle d’attente. En ce moment j’y étais, taraudé par mon impuissance. Après un long soupir, je me redressais contre le dossier et j’observais les alentours. Je voyais des auras par milliers dans le couloirs, jaune ceux en parfaite santé tels que les médecins, les infirmières puis il y avait les malades dont l’aura jaune était affaiblit…comme Alisea. A côté de certains patients, je voyais par ci par là ces auras blanches particulières les suivre…elles représentaient une autre forme d’existence. Elles n’étaient par aperçues d’eux, j’étais l’unique…cette silhouette floue avait plus ou moins notre forme seulement elle était beaucoup plus grande, je dirais un bon deux mètres…j’avais dû mal à voir s’il y avait des caractéristiques du genre humain comme nos caractéristiques faciales. On pouvait voir à travers leur corps, elle était comme transparente en tout point…c’était très irréelle. Le visage d’Alisea revint en ma mémoire et je tressaillis, comment vais-je faire? Que m’apporte ce don à part me renseigner sur l’état émotionnel et physique des gens?? Un mouvement rapide apparut à côté de moi et avec prudence, je levais les yeux vers la chose en mouvement. Mes yeux rencontrèrent ceux de la créature qu’il y a un instant j’observais…jamais jusqu’à maintenant elles ne s’étaient approché de moi, c’est bien une première pour moi. De plus près, je pouvais apercevoir un semblant de visage, ses yeux étaient d’un blanc laiteux, le nez était représenté de deux petits orifices, sa bouche formait une ligne droite et ses mains étaient étonnamment grandes. Elle posa l’un de ses grands doigts fins sur mon front, la tête incliné vers l’avant et fit d’une voix sortant des profondeurs :

    - «  Réfléchis! C‘est en toi… » pensa-t-elle dans mon esprit, d’une voix étrangement sonorisée.

    Mes yeux s’écarquillèrent plein d’appréhension et de doutes. Savait-elle quelque chose? Existe-t-il donc une solution?? J’avais beau me creuser la tête, rien ne m’effleura l’esprit. A peine cette créature était à côté qu’elle disparaissait comme par enchantement. Après deux bonnes minutes, je me suis vraiment demandé si ce que je venais de voir c’était effectivement produit. Il m’arrive trop de choses d’un coup! Je suis tombé amoureux d’une fille qui est sur le point de mourir, celle-ci à un secret comme moi…un don que nous avons hérité du jour au lendemain qui nous lie à la mort. Maintenant je découvre que ces choses que je voyais depuis tous ce temps, ces créatures blanches pouvaient entrer en contact avec mon esprit…insensé! Mon don aurait-t-il un rapport avec celui d’Alisea?? Non…mon don n’a pas autant de puissance que le sien…à moins que?…son but ne soit pas seulement de montrer et de remarquer les détails de la personne mais de changer sa vie. En y repensant, le fait d’en avoir parler à Alisea lui a permis de savoir la raison pour laquelle elle était comme ça. Il m’arrive de calmer les esprits de certains amis quand je savais que ceux-ci étaient très énervé ayant une pulsion aux conflits. Mon don était là afin de pouvoir empêcher qu’un sentiment très fort s’en prenne à d’autres personnes. Il n’était pas question de l’amour loin de là mais de la colère, la haine, l’autorité, la vengeance, le mal…Comment faire pour la sauver avec mon don?? Ce mal qu’elle a en elle est une marque de tous ces gens qu’elle a sauvé. Je ne peux pas être en mesure de défaire un aura pour un autre d’ailleurs cela touche de l’impossible! J’ai changé sa vie, j’en suis sûr c’est pourquoi son aura jaune était toujours là, vif à côté de son autre partie sombre…elle réagissait, elle se battait pour moi…pour nous. Tant que j’étais en mesure de lui dire qu’elle étais toujours là très présente, elle était confiante et avait foi en ce que nous ressentons. Sur ces pensées, je me levais et je pris une boisson chaude afin de me revigorer.

    *

    *             *

     <3 Alisea <3

     _ «  Je suis en sécurité ici…enfin pour l’instant je crois. » pensai-je, en observant les gens qui se promenaient autour de moi.

    Elle n’était pas là! Elle ne pouvait probablement pas sortir de l’établissement. Avec un soupir tremblant, je m’assis sur un banc et je me mis à contempler d’un autre œil ce qui m’entourait. Il était donc choisi que cette journée serait calme, banale et une triste fin pour moi. Je lutterais…mais pourquoi enfin? Edward n’était plus là pour moi, j’étais seule à nouveau…c’était mon choix d’être seule à combattre cette maladie, cette chose qui veut me prendre. Je replis mes jambes sur le banc, les entourèrent de mes deux bras et je m’affaissais, le front contre mes genoux.

    _ «  J’y crois encore, on est vivant tant qu’on est fort. On a la foi quand on s’endort, la rage au ventre. J’y crois encore, à tout jamais jusqu’à la mort. Le silence a eu tort, j’y crois encore… » chantai-je doucement, les yeux fermées.

    Après un long moment, je relevais ma tête…quelques larmes s’étaient écoulé et à présent, mon visage qui était malheureux changea d’un coup, le regard sombre et farouche. Je desserrais l’emprise de mes bras et je me relevais lentement, scrutant tous les passants. Mes pensées vagabondèrent vers la seule personne qui a eu autant d’importance dans mon existence. Edward…

    _ « Oublions cet orage éphémère, l’effacer et t’aimer comme hier. Je cherche et je cherche le remède pour qu’enfin, cesse la pluie, cesse la pluie! » chantai-je plus clairement, indifférente au public.

    A ces mots le ciel devint sombre et la pluie arriva comme une providence, lançant sa plus grande averse. Surpris par le changement du temps, tout le monde bougea plus rapidement pour se mettre à l’abri me laissant au milieu du déluge, insensible. Le vent, la pluie redoublèrent mais je ne bougeais pas. Je savais ce que cette créature de l’enfer attendait de moi…elle attendait que je rentre à l’abri dans l’hôpital, là où elle régnait en maître. Non…je tiendrais le coup, transie de froid et dégoulinante. Attendons encore un peu…une ou deux heures fera l’affaire puis je l’affronterais. Mes yeux fixèrent l’imposante majesté de l’hôpital Saint Juste, il devait être 16h30 et comme mue par une intuition, je regardais une vitre illuminée qui m’était familière et dont j’avais si souvent passé mes soirées à contempler le paysage. Soudain mon cœur s’arrêta quand je vis une silhouette familière debout adossée de dos à cette paroi. Edward? Edward est revenu?? Il est dans l’hôpital, dans notre salle d’attente... A ces pensées, dans un élan je courais vers l’entrée de l’établissement quand je me repris. C’était peut être un piège, une hallucination de mon désir de le voir tendu par cette ombre dont l’unique but est de m’attraper. Avec un gémissement, je pris ma tête entre les mains et je m’assis à même le sol contre un arbre qui me couvrait peu, ruisselante.

    _ «  Tout ça n’est que chimère! Il n’est pas là, il ne reviendra pas…tout ça, c’est uniquement de ma faute. » pensai-je, douloureusement.

    *

    *              *

     <3 Edward <3

     Combien de temps encore s’était écoulé depuis…j’étais à présent assis le dos contre la vitre de la salle, épuisé de réfléchir sans cesse et d‘aboutir à rien. J’essuyais péniblement mon front en sueur, sans prêter attention à la pluie qui faisait rage derrière moi, celle-ci claquant avec force contre le carreau. C’est en moi…c’est en moi…j’ai beau le répéter inlassablement, rien ne me vient à l’esprit. Or le temps était compté et si je ne trouvais rien, je ne pourrais pas sauver la fille de ma vie. Impuissant, je me relevais brusquement et je tapais d’un poing la vitre, faisant ainsi face aux éléments qui se déchaînait dehors. Tout était sombre maintenant, le soleil avait disparu…on pouvait encore apercevoir la cime des arbres, leurs silhouettes et…quelque chose à l’extérieur m’interpella. Une forme particulière se détachait d’un arbre…Sur le coup, je pensais à un fantôme ce qui peut être probable avec ce que j’ai mais pourtant mon intuition me disait que ce n’était pas ça. Il pleuvait à flots et cette personne avait pris appui d’une main sur le tronc de l’arbre, la tête baissée. Mes yeux se plissèrent pour essayer de mieux la distinguer dans l’obscurité quand un éclair à 200m déchira le ciel et éclaira un bref instant l’endroit où elle était. Sans fut assez pour découvrir l’identité de la personne…peignoir mauve, cheveux longs bruns…c’était mon Alisea. Elle devait être trempée, transie de froid, était-elle folle de rester ainsi planter là sous cette pluie diluvienne?

    Mon cœur s’affola, que faisait-elle dehors tapi sous un arbre??? Elle risquait d’avoir une pneumonie comme ça! Je ne pouvais pas la laisser ainsi…

    _ «  Mon amour… » murmurai-je, douloureusement.

    Je n’avais pas tenu ma promesse…de ne plus la quitter…

    _ « Accroche toi à moi, mon ange protecteur. Tout ira bien si nous restons ensemble… ».

    _ «  Je sais qu’à présent ma vie n’a pas de sens si tu n’es plus près de moi. Tu es ma source de vie…mon oxygène. Loin de toi, tout n’est que ténèbres et je suffoque. » m’avait-elle alors dit bien après.

    A ce souvenir, je me sentis si mal que ma décision était prise…je dois rapidement la retrouver et rattraper les choses avant qu’il ne soit trop tard. Soudain revenant à la réalité, je posais à nouveau mon regard sur elle et vit quelque chose qui déclencha mon effroi. A côté d’elle se tenait une ombre noire et quand elle remarqua sa présence, elle s’échappa d’elle et courra jusqu’à l’hôpital.

    _ «  Non! Pas ça!… ».

    *

    *              *

     <3 Alisea <3

     Il était 19h30 d’après ma montre…j’ai attendu beaucoup trop longtemps. Ne sachant comment me résoudre à combattre cette chose. Je tremblais fortement et claquais des dents appuyer contre le tronc de l’arbre. Un éclair passa puis je me retrouvai à nouveau dans le noir…C’était une mauvaise idée, qu’est-ce qui m’a pris de faire ça?

    Au résultat, j’ai froid, j’ai faim et je vais chopper la pire pneumonie qui me soit d’exister!! Je ne risque pas de battre cette ombre en m’affaiblissant toute seule…j’étais stupide, totalement!! Subitement, il me prit une nausée et rapidement je me détournai pour vomir de tout mon soul derrière l’arbre. Je n’eus pas le temps de me reprendre que le haut-le-cœur s’intensifia et me poussai à nouveau à vomir. Après quelques secondes, ça passa et je repris péniblement contenance, une main légèrement tremblante sur mes lèvres. L’envie de vomir cessa et je pus respirer librement. Je m’accrochai d’une main vacillante au tronc quand je sentis une légère baisse d’énergie en moi…comme me sentant happer par quelque chose. Cette sensation je l’ai déjà ressenti…prudemment je me retournai et la vis face à moi. La créature des ténèbres inclina sa tête d’un côté sinistrement, un léger grondement sortait de tout son être et me contempla comme si j’allais être son festin. Elle attrapa mon bras de ses longs doigts noires aux ongles pointus et mon angoisse se décuplant, je m’échappai de justesse à sa poigne de fer. Je courrai alors à toute vitesse manquant de tomber à plusieurs reprises en rentrant à l’intérieur de l’établissement.

    Alors elle pouvait circuler où elle voulait quand elle voulait…alors finalement elle a eu ce qu’elle voulait. Je n’avais pu de force par rapport à elle et où que j’aille, elle me retrouvera. Je suis sa proie, son trophée de gloire dans son monde. Il ne me restait plus qu’à courir, courir et me cacher bien qu’elle saura facilement me rejoindre. Un pli apparaissait soucieux entre mes yeux, je me mis à gronder sourdement de ma faiblesse. J’avais envie de crier, j’avais l’impression de faire parti d’un film d’horreur dans laquelle je jouais la victime. On me regarda courir laissant des traces abondantes d’eau par terre. Des patients et des médecins me virent arriver en trombe et dérapai tout en empruntant un autre couloir, les cheveux mouillés plaquaient contre ma nuque. En passant, j’aperçus Jim qui poussa un cri étonné par rapport à l’état du sol que je laissais derrière moi et me scruta interloqué de mon attitude. « Je suis désolée! » fut mes seuls mots en disparaissant par une porte battante. Dans mon élan, je poursuivais ma course jusqu’en réanimation quand je vis avec horreur…pleins de créatures noires dans les parages. Je mis une main sur ma bouche pour retenir mon cri et continuai de courir en les évitant, terrifiée que j’étais. Pourquoi?? Mais enfin pourquoi je les vois tous maintenant?? Cela veut dire quoi? Ils sont tous après moi!!

    Je détournai ma tête pour savoir si j’étais suivi et il n’eut personne. Les ombres restèrent là où je les avais vu auparavant se préoccupant sûrement de « leur » victime à EUX.

    _ « Edward!! Edward… » m’écriai-je malgré moi, en changeant à nouveau de lieu.

    *

    *              *

     <3 Edward <3

     Une demi heure auparavant…

     Après sa fuite dans le jardin, je m’élançais dans le couloir pour la rattraper mais en arrivant à l’entrée, il n’y avait aucune trace d’Alisea. Le souffle court, je m’arrêtai un instant et tendis l’oreille. Rien…le silence…Je repris ma course en cherchant l’ombre que je voulais. Je ne vis rien en passant toutes les chambres jusqu’à ce que j’en aperçoive une à côté d’un vieil homme en fauteuil roulant.

    _ «  C’est pas elle!  » pensai-je rageusement et poursuivit ma course dans les dédalles des couloirs.

    Le seul moyen de retrouver Alisea c’était de trouver la créature car il était certain qu’elle ne la lâcherait plus quelque soit les distances. Toujours attentif à mon entourage, je ralentis ma cadence, ne cherchant pas à éveiller des soupçons ou des remarques des passants. Je me dégageais de tout ce monde en dépassant un Jim qui grommelait en passant un coup de lavette au milieu du couloir. celui-ci en m’apercevant, m’interpella : « Il faudra dire à Alisea d’éviter de salir tout ce que j’entretiens! ».

    _ «  Vous…vous l’avez vu, Jim?? demandai-je, soucieux.

    _ Oui…elle est arrivée en trombe comme si elle avait le diable à ses trousses et tout dégueulasser mon sol. Regardez ça! Quel gâchis…c’est pas de tout repos, tu sais!

    _ Je…je suis vraiment désolé! Dès que je la vois, je lui en ferais part. Elle se fera rudement sermonner…Euh..savez-vous par où elle est partit??

    _ Hm…je crois que je l’ai vu rentrer dans le service de réanimation…

    _ Mer…merci beaucoup, Jim ».

    Sur ces mots, je marchais plus vite dans le couloir et je passais par les urgences là où la première fois j’avais suivi Alisea intrigué, direction le service de réa. Entrant dans ce secteur, j’eus droit à une panoplie d’ombres qui erraient sans but, certains seuls et d’autres accompagnant un malade. Alisea avait-elle vu ça?? C’est impossible…ceux qui sont sous le point de mourir ignore qu’ils sont suivi par elles. Pourtant je l’ai bien vu, elle est partit en la voyant…comment est-ce possible?? Le fait d’avoir ce don l’a rendu plus sensible sur cet univers étrange, semble-t-il. Soudainement, j’entendis quelqu’un criait mon prénom au loin.

    _ «  Alisea!  » répondis-je à son appel désespéré.

    Comme touché par un mauvais pressentiment, je repris mon pas de course avec frénésie regardant partout et me laissant guider par cette voix lointaine qui m’appelait au secours.

    *
                                                        
                                                          *            *                                                      

     <3 Alisea <3

     J- 15 minutes…tic-tac-tic-tac

     Elle m’avait rattrapé, gagnant de la distance au fur et à mesure…j’avais à présent un poing de côtés et j’avais dû mal à avancer. Je pris au passage l’ascenseur et j’appuyais au bouton du 1er étage. Arrivée sur le palier du 1er étage, je parcourais le couloir et je me réfugiais directement dans les toilettes du personnel. Appuyée face au lavabo et me regardant dans la glace, ma peau était cendreuse et mes yeux éteints. Ma vision commençait à voir trouble, je m’accrochais au bord du lavabo vacillante subitement. Je fermais les yeux pour contenir ma douleur mais elle ne fut que plus vivace encore…Avec difficulté, je les rouvris et la vis derrière moi dans le miroir. Un cri s’échappa de mes lèvres mais bien tard car elle m’avait à nouveau touché et je sentis quelque chose exploser en moi. L’ombre s’écarta, me laissant bouger librement en tâtant les bords des trois lavabos alignés aveuglément. Ma respiration commençait à être haletante…j’avais de plus en plus de mal à déglutir, à reprendre mon souffle. Quelque chose bloquait dans ma gorge... Je sentais un fluide se répandre à l’intérieur de moi, dans tous mes organes…mes poumons sont morts…Avec horreur, je me débattis contre moi-même et mon corps qui se laissai engourdir. Je sortis des toilettes brusquement, me cognant contre le mur d’en face et je repris une marche plus tremblante. Il n’y avait aucune personne dans les environs…ni infirmière ni médecin ni personne extérieure…j’étais seule au monde et j’allais mourir dans la pire souffrance qui soit. Au bout de 10 mètres, mes genoux lâchèrent…je commençais à perdre toute sensation émanant de mon corps…le contact froid du sol, la dureté de l’impact de ma joue dessus.

    _ « Alisea! Alisea!…» cria quelqu’un au loin d’un pas précipité.

    Edward?? C’est toi?? Mon tendre amour…où es-tu? Mon esprit cessa ses interrogations…trop fatigué à présent.

    _ «  Edward…» soufflai-je, mes dernières pensées pour lui.

    *

    *             *

     <3 Edward <3

     Je l’avais enfin retrouvé…Alisea a eu juste le temps de fermer l’ascenseur pour éviter l’étrange créature. Alors que celle-ci s’effaça, je pris directement les escaliers…

    En arrivant à l’étage, la première chose que je vis au loin c’était Alisea gisant par terre immobile, l’ombre sournoise à 2 mètres d’elle. Mon cœur manqua un battement et ma blessure se rouvrit à nouveau.

    _ «  Alisea! Alisea! » criai-je en courant vers elle, torturé.

    Elle reposait inerte, les yeux clos. Elle ne réagissait pas à mon approche pas plus que quand je la pris dans mes bras désespérément, accroupi. Elle ne répondit à aucun de mes appels…

    _ «  Alisea! Alisea! Non pas ça! Je vous en prie! » m’exclamai-je en sanglotant contre elle, mon visage dans ses cheveux.

    Ne meurs pas, ne meurs pas!!!…Je m’accrochais à elle péniblement regardant son visage, bouleversé. Mon amour, pardonne moi! Puis un mouvement attira mon intention face à moi, l’ombre avait tendu sa main vers elle sans la toucher et je vis soudain son aura être aspirer et disparaître sous mes yeux. La mort…elle était la mort…

    _ «  NON!!!!!!! » criai-je, furieux et plein de rage à celle-ci.

    Elle me toisa sans aucune émotion, baissa enfin sa main et se retourna, dans le but de partir.

    Quelque chose revint alors dans mon esprit comme venu du plus profond de mon être…

    _ « Ce terrible don qui détruit ma santé à chaque fois que j’en sauve, n’est qu’un rendu. Je suis débiteur de ce don… ».

    C’est ça…un marché!

    _ «  Attends! » l’interpellai-je.

    Elles fonctionnent par des marchés…pourquoi n’y ai-je pas penser bon sang!? L’ombre se retourna à demi, légèrement ennuyée.

    _ « Faisons un pacte! » lançai-je enfin après une hésitation.

    Celle-ci s’anima subitement, curieuse. J’ai enfin capté son attention.

    _ «  Que peux-tu me proposer, insignifiant mortel? Que cherches-tu? A gagner du temps? Il est bien trop tard…pensa-t-elle dans ma tête, d’une voix sombre.

    _ Je te fais une proposition, la mort! Enfin si tu es la personne que je crois où seulement un de ces semblables…je suis sûr que ce que j’ai à t’offrir, t’intéressera plus que tu ne le crois!

    _ Développe ta théorie…( attitude impénétrable )

    _ Je veux faire un échange…commençai-je, toujours accroupi, effleurant les cheveux de mon aimé.

    _ Tu veux prendre sa place pour qu’elle vive??

    _ Non…pas exactement…je veux t’offrir quelque chose de même valeur selon moi que sa propre vie! Vous êtes intelligents…vous n’êtes pas sans savoir que personne ne peut vous voir ni vous parler à part ceux de votre espèce. Seulement ce n’est pas le cas pour moi…je suis diffèrent, je suis le seul à ma connaissance.

    _ Je le sais…

    _ Très bien dans ce cas! Redonnez lui sa vie, son aura et en contrepartie je vous donne ce don qui m’a été offert.

    _ Tu es prêt à rejeter ce don qui t’a été donner de Dieu? Pour elle? dit-elle, intriguée.

    _ Elle m’importe plus qu’autre chose! Ce don n’a pas de réel intérêt pour moi, je peux m’en passer! Ce jour devait finalement arriver ( j‘eus enfin la révélation que j‘attendais )…je n’avais ce don que parce j’allais la rencontrer et changer sa vie. Une perte compensait par un don mais ça ne suffisait pas à rendre heureux quelqu’un, il fallait qu’un changement s’opère afin d’ouvrir la porte du bonheur. Mon bonheur c’est elle…ce n’est pas un hasard si vous avez choisi de lui donner ce don…C’était un moyen de compenser les deux balances…une part de bien et une part de mal. On a été choisi…parmi tant d’autres. Au contact des deux, tout peut être annuler, il suffit de le découvrir et de bien si prendre. N’ai-je pas raison? déclarai-je, par déduction.

    _ Malin, très malin…c’était très recherché mais vous avez fini par trouver! La chance devait être avec vous! Je pensais qu’il avait tort…mais à croire que je l’ai sous estimé encore. murmura-t-elle, énigmatique.

    _ Tous ceci n’était qu’un jeux pour vous? fulminai-je.

    _ Non, c’était simplement un défi et un accord que nous avions conclu il y a quelques années. Il t’a choisi toi…moi j’ai seulement attendu un peu avant de faire mon choix…mais rassure toi, tu as trouvé la solution. J’accepte ton pacte!

    _ Ne cherchez pas à me devancer…elle ne mourra pas avant très longtemps! annonçai-je, sérieux.

    _ Ne vous inquiétez pas! Elle sera en pleine santé après mon départ…je ne suis pas un tricheur, je ne suis pas à une année près, je saurais être patient.

    _ Elle n’ira pas avec vous! lançai-je, menaçant.

    _ Probablement…mais on ne sait jamais! A présent, signant notre accord! » répondit-elle, nullement décontenancée.

    Je me détachais d’Alisea, toujours immobile et je me levais, fixant prudemment cette forme surnaturelle.

    Elle tendit sa main athlétique pourvue de grands ongles noires et on se serra mutuellement la main. Un courant d’air circula dans le couloir faisant ainsi ébouriffé mes cheveux et l’instant d’après, l’ombre avait disparu…

    Toujours sur le qui-vive, je scrutais les alentours étonnamment silencieux puis je reportais à nouveau mon attention sur l’élue de mon cœur. M’agenouillant à ses côtés, je la soulevais délicatement et tendis l’oreille afin de m’assurer qu’elle respirait. J’entendis un léger souffle sortir de sa bouche et en effleurant son corps, je le sentis à nouveau s’animer.

    Je posais délicatement ma tête sur son cœur et je pus avoir le plaisir de l’entendre à nouveau battre. Si j’avais eu encore le don, j’aurais certainement aperçu une aura jaune éclatante émaner de son corps. Elle remua légèrement les lèvres puis ouvrit délicatement ses adorables yeux si familiers à mon cœur.

     _ « Dieu que je l’aime!…oh, pardon. » me repris-je en pensant, amusé.

    Elle bâtait des paupières, se demandant où elle était puis elle me regarda enfin.

    _ «  Ed..Edward? C’est…c’est toi? Je me sens différente…chuchota-t-elle, de peur sûrement que ce ne soit qu’un rêve.

    _ Oui, c’est moi. lui murmurai-je, tendrement en la serrant contre moi.

    _ Je…je suis morte. C’est ça? bredouilla-t-elle, perdue.

    _ Non…tu as la vie devant toi. Tout est bien qui finit bien. On ne sera plus séparer.

    _ Quoi? Mais comment? dit-t-elle, surprise.

    _ Tu n’es pas la seule qui protège les autres! lançai-je, énigmatique.

    _ …J’ai raté quelque chose, n’est-ce pas? Tu compteras m’en parler?

    _ Oui…nous avons tous notre temps. Nous sommes libres, ma douce.

    _ Libre? Tu veux dire…que je ne suis plus condamnée? bafouilla-t-elle en pleurant toutes les larmes de son corps.

    _ Non, tu ne l’es plus! Tu vas pouvoir sortir de cet endroit! déclarai-je en la berçant et en lui murmurant des mots doux.

    _ C’est un miracle!

    _ Oui…( mon regard fut éteint le moment d’après que ça l’inquiéta ) …pardonne moi de ne pas avoir tenu ma promesse. Je ne voulais pas te faire du mal…

    _ Ce n’est rien…tu es revenu, c’est tout ce qui compte et tu m’as sauvé! pleura-t-elle en se nichant contre mon cou.

    _ Sache que je n’étais jamais loin, même si tu ne m’avais pas vu…j’étais dans l’hôpital! Je veux que tu le saches…je ne pouvais rester trop longtemps loin de toi. Tu es l’être le plus merveilleux au monde qui me soit d’exister.

    _ Je ne t’en veux pas! Je comprends ta douleur…je suis désolée de t’avoir affliger ça, toi la seule personne que j’aime de tout mon cœur. Oublions et allons de l’avant! Pensons à notre avenir… annonça-t-elle en se penchant vers moi.

    _ Mon amour!…il me tarde de le connaître!  » avouai-je en l’embrassant fougueusement contre mon cœur.

                                                                                    
                                                                     
    Bonus spécial - 4 mois plus tard…


     
    _ «  Attends…c’est bientôt terminé…voilà, c’est fait! Tu me vois? demandai-je en écrivant ces mots dans une fenêtre.

     _ «  Je mets la mienne… » - avait-t-il écrit.


    Assise au bureau de mon père, j’attendais le résultat sur l’ordinateur familial. J’avais internet mais jusqu’à présent, je n’avais jamais utilisé MSN…je ne l’ai fait que pour une personne. Soudain un petit écran s’afficha à côté comme moi et je le vis enfin après tout ce temps…La dernière fois qu’on s’est vu c’était pendant les vacances du mois d’avril c’est-à-dire il y a un mois au moins. Il a passé quelques jours avec moi, c’était merveilleux! A ce souvenir, je rougissais fortement gênée aux moments qu’ensemble on avait partagé. Avec mes économies, j’ai pu enfin acheté une Cam…on avait mis notre mal en patience se contentant de s’écrire sur MSN…mais maintenant c’est fini et je n’en étais que plus heureuse. Il avait un peu changé, il ne s’était pas rasé depuis quelques jours apparemment et il avait les cheveux en bataille. Je fondais littéralement à sa vue, il était craquant comme jamais. Il m’observait aussi immobile et sûrement autant heureux que moi puis je vis qu’il était entrain de marquer quelque chose…

    _ «  Tu es plus belle que dans mon souvenir…je suis tellement content de voir ton si beau visage… 

     

    _ Tu es beau aussi, mon tendre amour ^_^

     

    _ Il me tarde de te voir…

     

    _ Moi aussi…j’ai tellement hâte de te serrer contre moi…

     

    _ Soyons patient, Alisea…dans un mois, les grandes vacances débuteront et nous serons à nouveau réuni.

     

    _ Il me tarde d’être auprès de toi…passez des vacances chez toi et rencontrez ta famille.

     

    _ Ne t’inquiète pas! Je leur ai parlé tellement de toi…ils ont hâte de te voir =)…zut!

     

    _ Quoi? Qui a-t-il? 0_0

     

    _ C’est pas possible! Beth m’a battu au Minotaure…tricheuse! Elle en profite quand je suis distrait pour me coincer!

     

    _ Lol…ça ne m’étonne pas! xD.

     

    _ Maintenant qu’elle connaît ma faiblesse, elle en profite pour me faire perdre tous mes moyens! Mais ne t’inquiète pas…je compte bien me rattraper! Elle va voir! lol.

     

    _ Quelle faiblesse?? *_*

     

    _ …Je croyais que c’était manifeste. »


    Je le regardais pensive et je le vis me fixer avec une telle tendresse dans les yeux.


    _ « Moi? C’est moi, ta faiblesse??

     

    _ Oui, pourquoi? En doutes-tu??…Beth a tendance à me parler de toi à chaque fois qu’on fait le jeux en ligne et quand c’est comme ça, je pense continuellement à toi.

     

    _ Euh…je ne sais que penser? - rougis-je.

     

    _ Tu es adorable quand tu rougis…ça me donne plus envie de te voir et de t’avoir près de moi.

     

    _ Moi aussi…j’ai envie…de te serrer contre moi. Tu me manques…tes bras me manquent…

     

    _ Alisea… » - il évitait mon regard.

    Il bougea nerveusement…puis il sembla être interpeller vu qu’il tourna la tête derrière et partit rapidement. Mais où va-t-il? A part ça, depuis l’incident à l’hôpital, on a décidé d’un commun accord de nous tenir éloigner de ce genre d’endroit…peut être parce qu’on a vu trop de chose que nous n’oublierons probablement jamais…enfin du moins pendant un moment, le temps que ça passe. Distraitement, je lui écrivais mes sentiments.


    _ «  Je t’aime…tout ce que je souhaite c’est de passer le reste de ma vie avec toi. - écrivais-je.

     

    _ J’en rêve tout le temps…tes baisers me manquent…c’est tellement dur, je crois que je ne peux plus me passer de toi. Je suis inconditionnellement et irrévocablement amoureuse de toi…c’est assez amusant…jamais je n’avais pensé jusqu’alors faire une déclaration comme ça en ligne lol. » - poursuivais-je.

     

    Trop concentrée par ce que j’écrivais, je ne l’ai pas vu revenir. Quand il lut ces mots, il se leva et farfouilla dans un coin de sa chambre puis revint s’asseoir rapidement.


    _ «  Es-tu capable d’attendre un jour supplémentaire??

     

    _ Quoi?? ( il me souriait malicieusement )

     

     _ Je ne peux pas rester là sans rien faire alors que tu me dis ça! Je veux te voir, te prendre dans mes bras, t’embrasser et te dire ces choses là en face. Je prends l’avion aujourd’hui…j’ai commandé et demain après midi je serais en bas de chez toi. Sauras-tu tenir le coup?

     

    _ Tu me dis ça! Tu es fou! ^_^. Que va penser ta famille? ( surprise totale )

     

    _ Elle pense comme moi! =)


     
    _ …Eh bien…attendre un jour c’est rien comparé à un mois, je saurais me tenir. Je t’attendrais, Edward…reviens moi! ( impatiente )

     

    _ Je fais mon sac…je préviens tes parents, ne te fais pas de soucis. Je leur dirais que je veux te faire une surprise lol.

     

    _ D’accord! Dépêche toi alors!

     

    _ Oui, oui…mademoiselle l’empressée =)

     

    _ Qui l’est le plus entre nous deux?

     

    _ Va savoir! lol. A demain, mon ange…

     

    _ Je vous aime Edward Masen!

     

    _ N’oublie pas de me le dire demain! » - écrit-il en souriant puis on coupa la conversation après de derniers mots doux.

     Quel joie immense quand le lendemain enfin je pus à nouveau le retrouver…j’avais tellement guetté son arrivé qu’au moment où je l’ai vu, je suis sortie et j’ai sauté dans ces bras que j’aimais tant en riant. On s’embrassa longuement, très longuement sous le regard amusé de mes parents.

    _ «  Je t’aime, Edward…je t’aime à la folie! m’exclamai-je, enjouée.

    _ Enfin tu es là…( souriant ). Que ferais-je sans toi, Alisea? » me chuchota-t-il amoureusement, en effleurant lentement mes lèvres tout en me regardant.

    Je crois qu’il n’y a pas plus belle fin que celle là non? lol.

     

    <3 FIN <3

    Miss Lovely

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Kiba-chan
    Vendredi 8 Mai 2009 à 19:26
    Je me suis arr? ?'avant dernier passage d'Alisea Oo c'est horrible faut que j'aille me doucher alors que la fin est si proche T-T
    2
    Kiba-chan
    Samedi 9 Mai 2009 à 18:22
    xD...je suis ravie
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    miss lovely1 Profil de miss lovely1
    Dimanche 10 Mai 2009 à 20:07
    xD...je suis ravie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :