• Chapitre 1 : Une annonce imprévue

    _ " Maman!!! Zac met plein de chocolat partout!!! C'est dégoûtant! " s'exclama une petite voix fluette d'en bas.

    Alors qu'une personne dormait paisiblement dans son lit, celle ci fut réveiller d'un coup par ses cris.

    _ " Bon sang... " pensai-je en ouvrant les yeux, contemplant le plafond blanc.

    J'étais évidemment bien au chaud dans la couette bien qu'il manqua une personne pour que ça soit parfait...J'entendais une voix familière à mon coeur dirent aux enfants :

    _ " Ce n'est rien de bien méchant voyons! Alors mon bébé...tu as décidé de taquiner ta soeur aujourd'hui c'est ça? Petit coquin va! ".

    Cette phrase se termina par des cris joyeux du bambin. Je me mis à sourire, ça m'avait tant manqué...les autres pères de famille m'auraient trouvé insensé tant ils en auraient marre d'entendre leurs enfants criaient à pleins poumons et  faire des bêtises. Tout mais pas ça pour eux...heureusement il y a le travail ce qui permet de souffler et de décompresser en dehors de la sphère familiale. Or s'il y a une chose que je sais...le travail ne décompresse pas totalement...par exemple mon travail se porte sur le marketing. Réunion-projet-création-réalisation...j'étais tous le temps accaparé. C'est pas un métier facile ça c'est sûr mais ça me plaisait...j'étais tellement occupé, préoccupé par mes planches que je ne pouvais pas m'occuper de mes enfants. Je rentrais tard le soir et ma ravissante épouse restait éveiller afin de me raconter la journée sans me reprocher un instant quoique ce soit. Elle savait combien c'était important pour la famille...Avoir deux enfants en bas âge n'est pas de tout repos et puis il fallait bien les nourrir. Mais je savais que je passais à côté de quelque chose de très important...les voir évoluer, les voir s'amuser, aller les chercher à l'école tous ça je n'ai pas pu le faire. A dire vrai je n'ai pas profité d'eux depuis la naissance de Zac...notre famille s'agrandissait...mais c'est sûr, ce n'est pas une excuse. J'avais tort de prendre ça à la légère...

    Au fond de moi, je me dis que je ne les méritais pas...depuis quelques temps cette pensée revenait sans cesse, cela m'était invivable. Ma femme a eu un congé de maternité pour nos deux enfants et moi pas une fois...pourquoi vous vous demandez sûrement? Eh bien il a été décider que quelqu'un devait continuer de travailler tandis que l'autre personne s'occupait des enfants...or ça me ronger de ne pouvoir aider, soutenir et alléger la femme que j'aime. Elle est tellement prévenante, patiente...elle est tout ce dont on peut rêver seulement rater toutes ces occasions pour être avec eux me rendais malade. Alors j'ai fait un choix...du jour au lendemain pendant une période de contrat très important dans l'entreprise, j'ai annoncé à mon patron que je prenais deux années sabbatiques pour rattraper le temps avec mes enfants et pouvoir aider ma femme à la maison. Bien sûr il fut pris au dépourvu mais sachant combien je m'étais sacrifié pour l'agence et il ne m'opposa aucun refus. Le soir même, je l'ai annoncé à Lucie et sa réaction a été des plus étonnantes...en repensant à cela, je me mis à rire légèrement quand soudain quelqu'un entra dans la chambre. Je me levais à demi les cheveux en bataille, une main dans mes cheveux pour les redisciplinés du mieux que je pouvais.

    _ " Salut, monsieur mon mari! Bien dormi? lança une jolie petite brune, me souriant du coin de l'oeil tout en cherchant des effets personnels.

    _ Bonjour, rayon de soleil. ( tout en m'étirant nonchalant ) Quel heure est-il?

    _ Il est 8h. Les enfants ont fini de déjeuner, ils sont habillés et ils regardent les dessins animés...ça ira? demanda-t-elle, en s'arrêtant de s'affairer dans notre chambre.

    _ Bien sûr, ne t'inquiète pas! J'ai eu un bon coach! répondis-je en ébauchant un sourire amusé à son intention.

    _ Mais oui, c'est ça! Fais pas ton malin toi non plus! Je vois d'où vient les facéties de notre fils...

    _ Je n'y peux rien c'est les gênes. annonçai-je en riant.

    _ Je dois y aller...c'est moi qui ouvre la bibliothèque aujourd'hui et j'ai plein de classement!! ( d'un air dépassé )

    _ Tu n'as pas à tant faire, ce travail est fait pour toi...c'est une aubaine pour toi et ne te tracasse pas, je maîtrise la situation. Cela fait déjà une semaine et ça ne m'a pas été insupportable. Nos enfants sont merveilleux. dis-je d'un ton rassurant en me levant et allant vers elle.

    _ Oui, tu as raison...murmura-t-elle à elle même, rêveuse.

    _ Je me prépare rapidement et ensuite nous allons faire des courses. ( mes mains sur ses épaules, le regard tendrement rivé sur elle ).

    _ Tu te débrouilles comme un chef, je n'en doute pas! Si tu savais combien je suis heureuse de te voir plus souvent avec nous. Je t'adore, Josh! " s'exclama-t-elle en se lovant contre moi.

    On s'embrassa légèrement, elle regarda sa montre puis elle lança avant de quitter le pas de la porte : " J'adore ton jogging, très craquant ".

    Elle me fit à nouveau rire, désabusé et elle alla embrasser ses deux adorables bébés puis sortit de la maison. D'un pas nonchalant j'enfile un t-shirt qui se trouvait dans le coin et je sortis de la chambre. Je traversai le couloir puis je descendis les escaliers jusqu'au salon où je vis mes deux bambins attentifs au dessin animés. J'allai dans la cuisine éclairée et grande ouverte, je découvris un jeune homme assit sur un tabouret mangeant une biscotte, ailleurs. C'était Dean, notre fils adoptif pas dans le meilleur de sa forme. Il a 20 ans, il est en premier année d'histoire. Je l'ai recueilli il y a de ça 5 ans...Il traînait dans des rues mal affamés là où il y avait beaucoup de violence. Son père était alcoolique et il laissa tomber du jour au lendemain sa femme et son fils. Ils n'ont eu que des mauvais souvenirs avec lui...je repensais à ce que sa mère m'avait confié et je comprenais à présent combien il était solitaire et indifférent. Malgré moi je l'ai pris sous mon aile et puis, j'avais une dette envers lui...je lui devais bien ça. J'en ai parlé à sa mère qui avait dû mal à joindre les deux bouts avec son maigre salaire de couturière et je lui ai demandé l'autorisation de le prendre en charge avec l'accord de celui ci bien sûr. Il n'émit aucun refus pensant que c'était le mieux à faire pour que sa mère est moins de problème. J'ai eu beaucoup de mal à obtenir sa confiance puis au fil du temps, il s'est adoucit...notre présence lui était bénéfique et l'arrivée des enfants n'a fait que renforcer cette idée. J'étais devenu son tuteur, il pouvait voir quand il voulait sa mère...il était libre de mouvement mais pour tout ce qui était finance...c'était contrôlé. Cette condition ne lui posa pas de problème à ma surprise, tout ce qu'il voulait au fond c'est avoir une famille et faire des études. Il aimait à penser qu'il était le grand frère de Lola et Zac mais il gardait toujours une certaine réserve. Jusqu'au jour de la naissance de Zac où Lucie devinant son attachement discret envers nous, lui annonça qu'elle était heureuse de l'avoir dans notre famille et qu'elle était fière de lui, qu'elle savait qu'elle pouvait compter sur lui pour protèger ses frères et soeurs. J'avais eu peur au début qu'elle ne l'accepte pas mais je mettais tromper bien qu' intimidée par lui, elle a fini par s'entendre avec Dean. Tant de souvenirs refont surface...Dean était très touchée par la confiance que lui porter ma femme depuis il ne cacha plus ses sentiments dû moins la reconnaissance, la joie qu'il éprouvait de faire partie de la famille et il prenait son temps libre pour être avec Lola et Zac. Il était mon fils...intègre, sérieux, honnête, le fils dont j'ai toujours rêvé et qui serait le parfait modèle pour Zac. Néanmoins le terme " fils " / " parents " étaient difficile car il avait sa mère et malgré que je sois son tuteur, je ne pouvais me permettre de lui dire mon sentiment de peur qu'il soit mal à l'aise. Donc il a été convenu que nous nous appellions par nos prénoms...c'était déjà un bon début...après s'il nourrissait le désir de nous considérer comme ses deuxième parents, nous en serions très heureux. Sur sa chaise, il était pensif voir contrarié par quelque chose donc en allant me servir du café, j'engageai la discussion :

    _ " Contrarié?

    _ Ben non...pourquoi je serais contrarié, j'ai tout ce dont je peux souhaiter. Tu te fais des idées! dit-il d'un ton laconique pour dire bonjour .

    _ C'est pas l'impression que tu donnes, Dean... ( buvant tranquillement mon café accoudé à la table )

    _  Franchement loin de moi l'idée de dire que c'est l'enfer ici mais...tu as bien dormi avec ces petits monstres?

    _ Hum...je vois où tu veux en venir. Certes le réveil est toujours particulier mais ce n'est pas comme toi. Tu devais certainement être réveillé avant eux! remarquai-je, en le sondant du regard.

    _ ...ah, c'est pas faux! Mais ils me filent la migraine parfois...c'est rare quand je suis de bonne humeur le matin. s'excusa-t-il, penaud. 

    _ Ouais mais ne change pas de sujet s'il te plaît, ça ne marche pas avec moi! Tu es soucieux ça se voit et tu es tellement borné pour le reconnaître!

    _ Mais non! Je...commença-t-il, avec véhémence en passant une main nerveuse dans ses cheveux blonds châtains.

    _ Ne t'inquiète pas, on en reste là pour aujourd'hui ( du soulagement fut exprimer sur son visage )...mais ne va pas croire que je vais oublier, on reprendra la conversation un autre jour! Si tu as un problème, il faudrait que tu m'en fasses part. répondis-je sérieusement devant un Dean grimaçant.

    _ Papa c'est quand qu'on va en course?? questionna une jolie fillette aux cheveux longs bruns bouclés.

    _ Bientôt, ma puce! Papa finit son café, il s'habille et c'est bon...tu commences à 9h? demandai-je à Dean.

    _ Oui...mais je dois passer à la BU pour rendre des bouquins avant!

    _ Ok...bon, j'y vais ".

    Sur ces mots, je dépose ma tasse dans le lavabo et monte me changer...

    *

    *           *

    Supermarché - 9h

    _ " Papa? On peut avoir des bonbons? demanda Lola, en regardant avec envie les friandises dans une rangée tandis que Zac dans le cadi, faisait des bruits avec sa bouche.

    _ " Lola...on n'en a plein à la maison. Un autre jour...déclarai-je en regardant ma liste de course, distrait.

    _ Papa! papa! s'extasia le petit Zac en tapant sur le guidon du cadi.

    _ Quelle énergie, mon fils! Surprenant! " lançai-je en riant à l'intéressé devant des passants curieux.

    Tandis que nous avançions, Lola tenant d'une main le cadi me souria...ma fille n'était pas capricieuse pour un sous. En changeant de rangée, on buqua par mégarde le cadi d'une femme très pressée avec un petit bonhomme.

    _ " Désolé...je suis navré! Vous n'avez rien? m'enquis-je, inquiét en scrutant cette femme fragile et pâle.

    _ Non...non...tout va bien. Il y a plus de peur que de mal. assura celle-ci en caressant la joue du petit garçon silencieux dans son cadi.

    _ Nous nous sommes-nous pas déjà rencontré? lui interrogeai-je en reconnaissant chez elle quelque chose de familier.

    _ Euh non...je ne crois pas...bafouilla-t-elle, surprise.

    _ James...James Hartner! Il y a deux ans de ça...lors d'une soirée. Vous êtes sa femme... Jenna n'est-ce pas?

    _ O..oui...oui.

    _ J'étais un ami d'enfance de votre mari...vous avez fait connaissance avec ma femme Lucie qui était accompagnée de notre fille et d'un ado plus grand qu'elle.

    _ Oh...je m'en souviens. ( pensive ) Joshua...Joshua Swan. Un ami de James du collège Saint Exupéry!

    _ Oui! riai-je, en me rappellant mes souvenirs d'antan.

    _ Oh, ça fait bien longtemps en effet. Comment allez-vous? Et votre charmante épouse?

    _ Nous allons très bien...Lucie retravaille tandis que moi je m'occupe des petits. Nous avons un petit garçon depuis...

    _ Il est adorable! 

    _ Jaimie a bien grandit ( me rappelant qu'il avait à peu près le même prénom que son père...à propos... ) Comment va James? ".

    Celle ci s'assombrit subitement, très angoissée regardant son fils douloureusement.

    _ " Qu'il y a-t-il Jenna? Il est arrivé quelque chose à James? m'inquiétai-je brusquement,

    Lola nous fixa sans comprendre la tension qui régnaient entre les deux adultes.

    _ Il...il est partit en Amérique pour une affaire, un contrat...au chemin du retour, il a été pris dans un carambolage...Il est à l'hôpital Saint Joseph à Philadelphie. Il est coincé là bas...sanglota-t-elle soudainement.

    _ Pourquoi ne l'avez-vous pas rejoint? Vous auriez laisser votre fils dans votre famille? disais-je, en mettant une main amicale sur son épaule soucieux.

    _ Je...je...ce n'est pas ça le problème! J'ai un travail assez important et je n'ai pas d'associé dans ce que j'entreprends. Si j'arrête momentanément mon travail cela va poser beaucoup de tracas supplémentaires en plus des miens à mes clients. Puis quand James m'a téléphoné hier, il m'a interdit d'arrêter mon travail pour aller le rejoindre. Il a dit qu'il se débrouillerait...

    _ Euh, Jenna...en quoi consiste votre travail au juste?

    _ Je gère une crèche...j'en suis la directrice. J'ai en charge 25 enfants entre 2 et 6 ans. J'ai du personnel pour le nettoyage, pour m'appuyer pour les activités des enfants mais seul il ne saurait s'adapter à la situation. "

    Quelque chose comme une évidence s'insinua dans mon esprit.

    _ " Vous devez voir votre mari! Même si celui ci vous dit le conntraire, il est seul...je connais James, trop fier pour l'avouer mais il a besoin de vous Jenna. J'ai une idée...enfin une proposition à vous faire. déclarai-je, en caressant les cheveux de mon fils qui babillait.

    _  De quel genre? Vous m'inquiétez Joshua!

    _ Laissez moi prendre en charge votre crèche le temps que vous revenez avec James. Vous pouvez me faire confiance...je sais que c'est insensé que vous entendiez ça de ma part mais je me suis adapté facilement au domaine de l'entreprise et j'acquière de la connaissance avec les enfants...je peux arriver à m'occuper de tout ce petit monde.

    _ Mais voyons...je...c'est trop pour un seul homme, vous n'avez pas pas les compétences pour sans vous offusquer. Les parents seront réticents à vous donner leurs enfants.

    _ Je suis papa de deux enfants, j'ai le contact facile avec eux...ce sera pareil avec d'autres. Bien sûr, je connais des amis à moi qui seront là pour m'épauler, mentis-je honteusement ( mais c'est pour une bonne cause non? ), Ce n'est l'affaire que de quelques semaines et si vraiment il y a un problème, je vous contacterais pour plus d'information. Je veux vous rendre service Jenna, acceptez! Ces parents accepteront malgré tout car ils n'auront pas le choix, mais je leur prouverais que je suis à la hauteur de cette tâche.

    _ ...vous êtes bien courageux Joshua Swan...vous ne savez pas ce qui vous attends.

    _ Je n'ai peur de rien...et j'adore les défis. Je serais peut être le premier à avoir réussi qui c'est. Donnez moi ma chance!

    _ Très bien...il faut que vous passiez chez moi, je vous donnerais des papiers et nous parlerons du programme, de l'emploi du temps. Il faudra que vous veniez avec vos amis et que je vous fasse le tour de la crèche et la connaissance du personnel aussi. Venez me voir d'ici 3 jours pendant ce temps je me charge d'informer ma famille et les parents de mon prochain déplacement. murmura-t-elle en griffonnant une adresse et un numéro sur un papier qu'elle me tendit.

    _ Merci, vous ne le regrettez pas!

    _ Vous êtes un bon ami, je vous en suis reconnaissante. Votre épouse a de la chance de vous avoir!

    _ Euh...merci. ( d'un ton gêné )

    _ J'attends votre appel pour convenir d'un rendez vous.

    _ Très bien, c'est noté. A très bientôt donc!

    _ Bonne journée, Joshua! Au revoir les enfants! Jaimie dit " au revoir " dit-elle et celui ci fit un signe de la main.

    _ Bon maintenant...il faut l'annoncer à maman, à Tyler et Freddy. murmurai-je quelque peu, soucieux.

    _ Tout va bien aller, papa! chuchota Lola, confiante.

    _ Merci, ma puce. Ravi que tu me soutiennes. "

    A ces mots on reprit notre chemin à la recherche d'ingrédient et tout en cherchant, j'affichais un numéro sur mon portable et j'actionnais la touche verte. Je tombais à la suite sur une voix féminine, très douce :

    _ " Bonjour, Millie c'est Josh...Oui, très bien. Je ne vous dérange pas j'espère? ...non, bien...est-ce que Tyler est là? Je dois lui parler c'est assez important...merci. ( distrait )

    _ Allô? bougonna une voix.

    _ Salut Tyler! Comment ça va?

    _ Tout pourrait aller pour le mieux... enfin j'ai encore un peu mal à ma jambe mais ça va et mon rhume des foins revient.

    _ Dis...tu as pris un arrêt de travail de combien de temps?

    _ Euh...un mois. Pourquoi cette question? me lança-t-il subitement suspicieux.

    _ J'ai besoin de toi vieux! avouai-je.

    _ Dans quoi tu t'es fourré encore! s'exclama-t-il, surpris par mon anxiété évident.

    _ Ce n'est rien de grave...c'est pour une bonne cause. J'espère que tu comprendras et que tu me soutiendras ".

    Ceci dit, je lui raconte tout du début à la fin...

    Que va t-il se passer??

    A suivre...

     

     


  • Commentaires

    1
    momonokoo
    Samedi 21 Mars 2009 à 11:34
    tu ecri des bonne fic je te jure continue comme ca bonne chance pour la suite de ce fic ^^
    2
    lali5767
    Vendredi 1er Mai 2009 à 12:18
    Oh oui! xD
    3
    miss lovely1 Profil de miss lovely1
    Vendredi 1er Mai 2009 à 13:10
    Oh oui! xD
    4
    Kiba-chan
    Mercredi 28 Juillet 2010 à 14:22
    J'aime xD j'adore son ami Tyler qui est trop habituer au plan bizar de son ami x) j'adore l'histoire du fils adoptif aussi!
    5
    miss lovely1 Profil de miss lovely1
    Mercredi 28 Juillet 2010 à 16:29
    Hihi :). Merci!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :